Le Petit carnet du chanteur


Un livret pour stimuler votre créativité et mieux comprendre le chanteur qui est en vous !
En savoir plus...

Idées cadeaux


Offrez des cours de chant ou du coaching ! Choisissez ce que vous souhaitez offrir puis contactez-nous pour obtenir un bon cadeau personnalisé.

Facebook


Rejoignez-nous sur Facebook, suivez nos actualités facilement !

Ateliers d'expression vocale et corporelle


Envie de développer votre capacité d'interprétation, et d'explorer l'univers de la scène avec d'autres chanteurs ? Rejoignez nos ateliers à Bordeaux, consultez-nous pour connaître la date du prochain !

Cours de chant par internet


Vous habitez loin du studio ? Prenez vos cours de chant depuis chez vous en visioconférence. Il vous suffit d'une webcam et du logiciel gratuit Skype.

Newsletter 19 Avril 2020

 

CE QU'IL RESSORT DES COURS DE CHANT

PENDANT LE CONFINEMENT

 

 

Depuis le début de la crise Coronavirus, je parle beaucoup avec les élèves chanteurs de leurs peurs, de leurs frustrations, de leur fatigue, dans un contexte personnel ou professionnel pas toujours évident. 

 

Si la charge psychologique de mon métier a toujours été très importante (et c’est une des choses que je trouve passionnantes), j’essaie au cours de ces discussions de soulager, encourager, accompagner, mais aussi faire réfléchir, car l’apprentissage du chant est une véritable découverte de soi.

 

Ces discussions m’ont donné envie de partager avec vous quelques observations ; loin de moi l’idée de vouloir ajouter à tout prix mon grain de sel à la cacophonie ambiante, j’espère simplement que cela vous aidera à creuser votre propre réflexion, comme cela a été le cas pour certains élèves.

 

 

 

  • DU CONFINEMENT ET DES HABITUDES

 

De nombreuses habitudes sociales ont été modifiées avec le confinement. Certains élèves m’ont dit que leurs cours de chant sont actuellement comme une « fenêtre sur l’extérieur », un moyen de limiter la sensation d’enfermement. 

Ceux qui sont seuls en confinement prennent le cours comme un moment précieux qui leur permet d’avoir un échange humain. Au contraire, pour d’autres qui vivent avec leur famille H24, c’est un moyen de s’isoler des sollicitations permanentes, et de prendre du temps pour eux.

 

 

fenetre

 

Les cours sont aussi l’occasion d’observer ce qui peut sembler une contradiction : certains de mes élèves doivent repenser leur boulot pro tout en gérant leurs enfants en bas âge, et le vivent bien ; d’autres sont confinés à la campagne sans contrainte parentale ou bouleversement professionnel particulier, et le vivent mal. La majorité des gens que je connais sont en bonne santé, mais les personnes ayant des problèmes de santé ne sont pas forcément les plus inquiètes.

 

De même, certains élèves vivent le confinement comme une "privation de liberté". Néanmoins, notre vie en société comprend déjà des limites à notre circulation : on ne va pas se promener dans le jardin des gens qu’on ne connait pas, on ne roule pas sur la voie de gauche sur la route, on n’installe pas son salon sur la place municipale. Qui dirait que ce sont des limites à notre liberté ? Ce genre de règle permet aussi de mieux vivre ensemble.

Ne pas pouvoir sortir dans la rue parce-qu’on est un noir ou une femme, c’est une privation de liberté ; rester chez soi pendant 2 mois pour éviter que davantage de personnes ne meurent dans les hôpitaux bondés, c’est aussi un acte civique, ou au pire… un bouleversement de nos habitudes. 

 

Car nos habitudes nous rassurent, et nous les considérons comme dues. 

 

 

  • DES COURS EN LIGNE ET DES HABITUDES

 

Les cours dans les écoles de musique sont également perturbés par le confinement. Il est évident que les cours collectifs sont plus difficiles à adapter en ligne, et les profs doivent faire preuve de créativité pour favoriser une continuité dans l’éducation : c’est très chronophage car nous devons adapter nos cours, apprendre de nouveaux outils, créer de nouvelles activités, etc. 

 

Certains chanteurs vivent mal cette situation parce-que certaines activités ne sont plus possibles, comme les répétitions en groupe, ce qui pénalise surtout mes élèves en école de formation professionnelle.

D’un autre côté, je considère qu’un professionnel de la musique est une personne qui doit s’adapter en permanence à l’imprévu : le concert est décalé, la sono ne fonctionne pas bien, un musicien est malade, le label ne signera finalement pas, le financement de ce projet est remis en question, etc.

La situation actuelle est donc une bonne occasion d’apprendre à adapter notre planning et nos objectifs aux circonstances. Si le travail de groupe n’est pas possible maintenant, pourquoi ne pas se focaliser davantage sur la technique vocale ou la composition par exemple ? Le travail de groupe sera toujours possible plus tard, dans d’autres circonstances.

 

 Coopérer pour s'adapter aux circonstances...

 

La quasi-totalité de mes élèves en cours individuels considèrent comme une chance le fait que de pouvoir continuer à travailler leur voix via les cours en ligne ; ceux ayant plus de temps libre ont même parfois décidé de "mettre le paquet", et de travailler davantage pour progresser plus.

Il est amusant de constater que certains d’entre eux sont les mêmes qui, en d’autres circonstances, auraient évité les cours en ligne parce-qu’ils « préfèrent le contact humain », parfois en n’ayant jamais testé les cours en ligne au préalable. N’est-il pas intéressant de constater comme nos convictions peuvent dépendre du contexte et de nos habitudes ?

 

Si je peux comprendre une forme de méfiance vis à vis de la place de l’électronique dans nos vies (mais cela ne date pas du confinement), ou le fait qu’aller dans un studio de chant en temps normal offre aussi une « sortie » et la possibilité de travailler dans un lieu privilégié, à quoi bon refuser ce qui nous permet aujourd’hui de créer du lien, de structurer nos journées, de pratiquer une activité parfois nécessaire à notre équilibre, et, ne l’oublions pas, d’atteindre nos objectifs en tant que chanteur ?

 

Pour ma part, les choses sont claires : je fais des cours en ligne depuis longtemps parce-que cela correspond bien à la pédagogie que j’utilise, que c'est un moyen de rencontrer des chanteurs de tous horizons, et que j’ai découvert avec émerveillement il y a des années que je pouvais moi-même me former avec les meilleurs dans leurs domaines, même s’ils vivent à l’autre bout de la planète. Je ne choisis pas mes formateurs selon des restrictions géographiques (choix par défaut), mais selon leurs compétences (options illimitées selon mes envies et mes besoins). Certains ont du mal à comprendre ce point de vue, le plus souvent parce-qu’ils n’ont pas l’habitude de raisonner ainsi.

 

 

  • DU CHANGEMENT

 

On peut dégager quelque chose d’important de toutes les observations précédentes : ceux qui vivent le mieux cette période compliquée sont parfois ceux qui bénéficient de circonstances favorables, mais pas toujours ; les moins affectés sont aussi ceux qui acceptent le changement et la remise en question, de manière générale, dans leur vie.

 

J’ai toujours aimé le changement ; par exemple j'ai souvent déménagé, et j’ai exercé volontairement des métiers très différents. J'apprécie la remise en question et le challenge que cela implique, l'apprentissage pour développer de nouvelles compétences, le nouveau point de vue qui se dessine et vient compléter le puzzle de mes expériences précédentes. Si j’ai la chance de pouvoir continuer à exercer mon métier actuel de prof de chant, et contribuer au soutien vocal et moral de la communauté artistique, devoir changer de métier si les circonstances l’exigent ne me pose pas spécialement de problème. 

 

Vous pourriez me dire que c’est une question de tempérament. Mais ne peut-on aussi y voir l’application d’une règle de vie que nous oublions parfois, dans le confort de nos routines, à savoir : que le changement est omniprésent, et qu’il ne tient qu’à nous, le plus souvent, d’en faire un atout ? Que la routine érode notre capacité d’adaptation, et qu’un tel bouleversement peut nous permettre d’y voir plus clair dans nos priorités ?

 

Le changement est une partie intrinsèque de la vie ; nos convictions évoluent, notre environnement se transforme, nos enfants grandissent, des projets naissent et d’autres avortent, des métiers se développent et d’autres disparaissent… Et de même qu’il est bien plus agréable de surfer sur une vague que de se débattre contre le courant, accepter que les choses changent et focaliser son esprit sur les opportunités offertes permet de mieux vivre les difficultés. 

 

changement en cours

 

 

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je comprends la détresse des intermittents et des commerçants les plus fragiles, et je pense tous les jours aux malades et au personnel soignant, qui doit régler une urgence après l’autre dans de mauvaises conditions. En tant que vétérinaire, j’ai géré des urgences médicales, je comprends la difficulté physique et mentale de ce type de situation. 

 

Mais pour les autres, les gens qui comme vous et moi ont un peu de temps en ce moment pour fréquenter les réseaux sociaux et réfléchir au sens que l’on peut donner à tout ça, pourquoi ne pas creuser notre rapport au changement, et chercher en nous de nouvelles ressources ?

 

Vouloir à tout prix que les choses reviennent comme avant parce-que cela nous rassurerait ne mène nulle part, si ce n’est à se rendre compte que ce n’est pas possible, voire même pas souhaitable, et donc à nous angoisser d’une autre manière. Le coronavirus est là pour un moment, il reviendra peut-être, il aura peut-être d’autres copains virus pas très sympas, et vu les problèmes de gestion de cette crise, nous ne sommes pas au bout de nos efforts.

 

 

  • ET APRES ?

 

Et si nous utilisions la moitié de l’énergie que nous gaspillons à faire en sorte que rien ne change, pour plutôt trouver de nouvelles opportunités dans cette situation, et commencer à améliorer en profondeur ce qui mérite de l’être ? 

 

Si, au journal télévisé, la caissière du supermarché pleure quand le client la remercie d’être là malgré le risque de contamination, c’est peut-être parce-qu’elle a peur du virus, mais c’est aussi parce-qu’on ne l’avait jamais remerciée d’être là avant. Il aura fallu une pandémie pour qu’elle entende ce « merci ». Qu’est-ce que cela révèle de nos modes de fonctionnement ? 

 

Aussi étrange que cela puisse sembler aujourd'hui, après le déconfinement, et passé le probable effet rebond, il y a des chances que nous regrettions certains aspects du confinement. Selon les personnes, ce sera de voir plus nos enfants, d’avoir plus de calme dans notre quartier, de cuisiner plus, d’acheter moins ou différemment, de prendre le temps de réfléchir à nos incertitudes et nos besoins profonds, de faire davantage de musique, de bricolage ou de jardinage, etc… 

Certains élèves m’ont déjà fait part du plaisir qu’ils éprouvent à moins courir dans tous les sens (au sens propre et figuré !), et modifier leur organisation pour se recentrer. Peut-être le début de nouvelles habitudes, plus positives ?

 

La crise actuelle est donc l’occasion de certaines prises de conscience. Qu’allons-nous décider de faire avec cette nouvelle perception des choses ?

J’ai regardé ce midi la dernière vidéo de «  Et tout le monde s’en fout » (devenu « et tout le monde s’enferme » vu les circonstances - je vous conseille leur chaine, toujours très drôle et pertinente). Je partage beaucoup de leurs points de vue sur le sujet, et je vous invite à la visionner si ce n’est pas déjà fait. 

 

et tout le monde s'en fout

 

 

  • MUSIQUE ET RESILIENCE

 

Dernière réflexion : on a tous un jour écouté en boucle une chanson qui nous a permis de mieux vivre un moment difficile, de nous sentir moins seuls, d’accepter une épreuve, de trouver le courage d’aller plus loin. C’était pourtant juste une chanson. 

 

Autrement dit, on peut tous contribuer, par une somme de petites actions au quotidien, à une évolution bénéfique. L’être humain a une capacité d’adaptation très développée, malgré son addiction aux habitudes.

 

Je vous conseille donc de ne pas écouter pas les rabats-joies qui diront que c’est trop compliqué, ou qu’on est tous foutus, ou que l'on va retourner à l'âge de pierre si l'on modifie nos modes de vie (en particulier par rapport à la vidéo précédente).

Les habitudes étant par définition confortables (car on est en terrain connu), l'être humain a souvent l'impression qu'il devra sacrifier son confort pour toujours s'il modifie ses habitudes.

Ce déni masque souvent la peur de l'inconnu et de ne pas être capable de s’adapter (je vous renvoie à l’occasion à cet article que j’ai écrit sur la peur). 

 

A vous de trouver les leviers de changement dans vos vies, et de faire évoluer les choses à votre vitesse et selon votre sensibilité. 

Comme le dit cet adage que j’aime beaucoup : « ceux qui disent que c’est impossible ne devraient pas déranger ceux qui sont en train de le faire ».

 

Je vous souhaite courage et résilience !

 

 


 

Newsletter 10 Avril 2020

 

UNE NOUVELLE CHANSON POUR MON PROJET VEGAONE :

LE THEME DE BLACK WIDOW (La Veuve Noire)

 

 

Black Widow Avengers

 


J'ai le plaisir de partager avec vous ma nouvelle composition pour le projet VegaOne !

Après Thor et son rock d'inspiration metal, nous partons vers des contrées très différentes : je vous présente Black Widow, dans une ballade mélancolique inspirée de pop baroque.

Pour découvrir ma chanson sur Black Widow, c'est par ici ; je vous souhaite une bonne écoute !

 

  • LE PERSONNAGE DE BLACK WIDOW

Natasha Romanoff a connu une vie difficile : orpheline, puis récupérée par le KGB, elle perd son mari, lui aussi agent secret russe, lorsque celui-ci doit se faire passer pour mort pour une mission.

Modifiée par biotechnologie et conditionnée à coup de lavages de cerveaux pour devenir une espionne et une tueuse d'élite obéissante, sa mission devient de supprimer certains super-héros. Elle opère sous le nom de la Veuve Noire, ou Black Widow.

Mais, après bien des péripéties et sa rencontre décisive avec l'archer Hawkeye, elle finit par basculer de leur côté, et utiliser ses aptitudes extraordinaires en tir et arts martiaux au service de leur combat ; elle deviendra un des piliers des Avengers.

 

"Avant, j’avais rien puis j’ai eu tout ça… un job, une famille…

et je suis devenue meilleure grâce à ça.

Et même si ils ne sont plus là, je m’efforce toujours de devenir meilleure."

(Black Widow dans le film Avengers : Endgame)

 

 

  • L'ORIGINE DE LA CHANSON

C'est ce basculement dans son histoire qui m'a inspirée : une telle remise en question de son identité et de ses valeurs ne s'est certainement pas produite sans une période de doute et de souffrance intérieure, d'où le thème mélancolique de cette chanson.

A qui pouvons-nous faire confiance ? Jusqu'où pouvons-nous accepter de nous attacher aux gens, et donc prendre le risque de les perdre et de souffrir ?

Ces questions ont un sens particulier dans le contexte d'un personnage hors normes, mais néanmoins profondément humain.

 

  • BLACK WIDOW AU CINEMA 

Au cinéma, Black Widow est incarnée par Scarlett Johansson, dont le jeu se prête bien à ce personnage plutôt introverti.

Sa première apparition dans le Marvel Cinematic Universe a lieu après son recrutement par le SHIELD, mais il est prévu qu'un qu'un spin off vienne bientôt rendre hommage à son histoire trouble.

 

Scarlett_Johansson

 Scarlett Johansson, Black Widow dans le MCU

Crédit photo Scarlett Johansson : Gage Skidmore / CC BY-SA

  

  • ET SI VOUS AVEZ LOUPE LE DEBUT DU PROJET...

Le lien pour écouter la chanson sur Thor / La page du projet VegaOne

 


 

Information Coronavirus 15 mars 2020

 

Coronavirus / cours de chant, bonne nouvelle :

vos cours de chant continuent grâce à internet et Skype !

 

Cours de chant internet Skype

 
 

Bonjour amis chanteurs ! Suite à la problématique Coronavirus, pour contribuer à ce que la vilaine bête disparaisse vite, et pour protéger les personnes sensibles de mon entourage, je dispenserai désormais les cours de chant uniquement par Skype.

 

Pour beaucoup d’entre vous, cela ne fera pas de différence puisque c’est déjà le cas !

Pour les autres, sachez que j’utilise internet (Skype) pour les cours de chant depuis 10 ans, et qu’il s’agit d’une solution simple et pratique parfaitement adaptée à la pédagogie que j’utilise.

Les cours par internet sont un super outil pour avoir accès au prof de votre choix ; j’ai bossé avec des profs du monde entier, et tissé des liens durables avec des élèves qui vivent loin de mon studio, grâce à cet outil !

Vous trouverez les informations essentielles ici sur mon site internet.

 
J’ai commencé à appeler un par un tous les élèves qui prennent des cours avec moi et n’ont jamais utilisé ce système pour vous aider à la mise en place si nécessaire.

J’ai été ravie d’entendre certaines réactions très positives, comme ce matin : « c’est trop génial, je peux continuer les cours, j’avais pas envie de me relâcher ! », ou « en fait, c’est une bonne occasion d’essayer ! », ou encore « c’est super de proposer cette solution !».

Pour ceux que je n’ai pas encore appelés ou qui redoutent un peu, le système de visioconférence est très interactif, et le principe du cours reste le même ; l’avantage est que vous pouvez prendre le cours en pantoufles et pyjama si ça vous « chante » :)
 
Restons donc positifs, et si vous avez plus de temps libre, faites plus de musique et plus de câlins à vos proches !

Bises (sans risque) à tous,
Diane
 
PS : en Italie aussi il y a des mesures de confinement importantes, et parfois les gens se mettent à leurs fenêtres pour chanter ensemble comme dans cette vidéo… c’est pas génial ?


 



Newsletter 28 Fevrier 2020

 

UN DIAGRAMME SUR LE TRAVAIL DE LA VOIX CHEZ LE CHANTEUR

Un peu d'humour... quoique ?!

 

travail de la voix pour les chanteurs

 

STAGE D'ANGLAIS POUR LES CHANTEURS

 BORDEAUX 15-16/02/20 : REMERCIEMENTS

 

Ils sont venus, ils ont entendu, ils ont chantu (la grammaire correcte, c'est so 2019), et ils ont survécu... au stage d'anglais pour les chanteurs cuvée 2020 !

Un grand bravo et un immense merci à tous les participants pour leur concentration, leur application, leurs harmonies parfois éthyliques, et leurs éclats de rire !

Remerciements spéciaux pour Lucile Jon et Eclats De Musique pour leur excellent accueil et leur confiance :)

 

Stage anglais pour les chanteurs 

Quelques retours de participants :

"Je tiens à te dire que tu es une super prof ; tu es très carrée, très méticuleuse dans ce que tu nous fait faire, mais à côté de ça très humaine."

"Encore merci pour le stage et un grand bravo pour ton professionnalisme !!! Super moment inoubliable !!!"

"Diane, bravo pour ta pédagogie, je n’ai jamais vu une classe si attentive et captivée ! Tu tiens le rythme (ou... le tempo...?) à la perfection, chapeau !! Un grand merci, tu m’as réconciliée avec the english prononciation, quelle richesse ton cours !
 Et merci aussi aux pâtissières, à Lucile pour le lieu, et à tous pour l’ambiance bien agréable (et non, on n’a pas été forcés ni drogués pour la photo:))"

"J'ai été capté par les explications ; on sent tout le travail de recherche derrière, et le travail d'organisation."

"J'ai aimé en particulier le côté très carré, presque scientifique, de l'approche dans un premier temps, puis la transition sur le côté émotionnel."

"Encore merci Diane pour ce formidable stage que j'attendais depuis de nombreux mois ! C'est  génial  de découvrir de nouveaux outils pour progresser et tout ça avec pédagogie et dans la bonne humeur en plus !"

"Merci, merci Diane pour ce super week-end qui m'aura appris, je l'espère, à ne plus faire de "yaourt". Merci pour ta bonne humeur, ta disponibilité et ton écoute."

"Merci à toi Diane, c'était vraiment un super stage :) Tu es au top ! (même si je le savais déjà ! :D)"

"Un grand merci Diane, ce fût intense, éreintant mais extrêmement riche et grâce à toi bcp de progrès, ou du moins plus d'aise sur l'anglais !"

"Un week-end studieux et intense mais je serais prête à recommencer ! Dommage, qu'un week-end ne dure que 2 jours :)"

"Je suis repartie avec plein de clés pour mieux chanter. Et aussi avec 5 kilos en plus, je tenais à le mentionner. :D"

"Un excellent stage pour être au top pour démarrer nos tournées à l'international ;)
 Merci Diane de nous apprendre encore et encore de nouvelles méthodes pour progresser et ce toujours dans la bienveillance ! De la pratique, de la persévérance, et bientôt "nobody will know we are french !" 

"Merci beaucoup pour cette formation ; très bien structurées et riches d'enseignements, ces 2 journées de stage m'ont beaucoup apporté. Une aventure vraiment nourrissante (au sens propre comme au sens figuré ;-) ) que je recommande vivement à tous ceux qui veulent progresser en chant, quel que soit leur niveau !"

 

Ils ont l'air sages comme ça...

Anglais pour les chanteurs 1

... mais en fait c'était du grand n'importe quoi.

Anglais pour les chanteurs 2

Petit bonus !

 chanteurs

 


 

Newsletter Avril 2019

 

LES PROBLÈMES PHYSIQUES ET MENTAUX :

DES SUJETS ENCORE TABOUS CHEZ LES MUSICIENS ?

 

 

Si le chant (et toute pratique musicale en générale) est avant tout une source de plaisir, il n’en existe pas moins des situations éprouvantes auxquelles sont confrontés les musiciens, en particulier les professionnels qui vivent de cette activité. 

 

On a évidemment tendance à idéaliser les métiers qui nous font rêver, d’autant plus que l’on constate encore une forme de tabou dans le milieu musical : non seulement l’industrie du « divertissement » se doit justement de divertir, sans montrer le dessous des cartes, mais en plus notre société de l’apparence et de la perfection dopée à l’Instagram se montre parfois réticente à aborder certains sujets. 

 

Cette attitude est déplorable : d’une part elle marginalise les personnes qui rencontrent ces problèmes, qui alors se croient isolées, n’osent pas en parler, ou nient la situation, d’autre part elle néglige le courage, et donc le mérite, des personnes qui les affrontent pour s’en sortir.

 

Le but de cet article n’est pas de dramatiser la situation, car beaucoup de musiciens trouvent un équilibre dans leur vie quotidienne. Néanmoins, en cas de problème il faut voir les choses en face pour trouver des solutions. Voyons aujourd’hui quelques situations difficiles rencontrées par les chanteurs / musiciens dont la musique est la principale source de revenus.

 

 

QUAND L'INSTRUMENT NE SUIT PLUS

 

"Juste avant de commencer la répétition, j'ai soudain réalisé que je ne pouvais plus tenir l'archet. Le concert a été annulé". 

Cet article très intéressant de France Musique nous présente le témoignage d’un violoncelliste sur le danger d’un mauvais geste répété de nombreuses fois ; ce danger existe pour tous les instruments, surtout la voix, puisque l’instrument lui-même est organique. 

Si le corps est capable de compenser de mauvaises habitudes pendant un certain temps, les conséquences peuvent être dramatiques lorsque le point de rupture est atteint, parfois du jour au lendemain, comme pour ce violoncelliste dont on peut saluer le témoignage sincère. Il déplore également le fait que lors de ses études, les problèmes des musiciens n’étaient pas abordés, et qu’il fallait même plutôt les cacher !

 

Les chanteurs professionnels sont soumis à une pression vocale intense : entre la mode du toujours plus haut et toujours plus fort, les shows fréquents et longs, les conditions de sonorisation parfois inadéquates, les enregistrements en studio, les interviews à répétition, et le manque de repos, on peut facilement épuiser son capital vocal en quelques années

 

Certains espèrent qu’un coach vocal aura une solution miracle pour débloquer une situation vocale grave en urgence, ce qui bien sûr est utopique.

Au final, beaucoup passent par la case chirurgie vocale pour compenser les excès (Adele, John Mayer, Elton John, Sam Smith, Meghan Trainor, le chanteur d’Aerosmith, des Who, de Pink Martini, de Kiss…), avec parfois des conséquences irréversibles sur le timbre ou la capacité vocale (ex : Julie Andrews). Et si le chanteur ne modifie pas ses habitudes vocales sur le long terme ou n’allège pas son planning, la source du problème reste présente, et les récidives sont possibles.

 

John Mayer a été opéré pour un granulome vocal en 2011,

mais une récidive l'a obligé à annuler ses concerts en 2012 (crédit photo : CC/BY Eric Chan)

 

 

 

UN CERCLE VICIEUX DE FATIGUE VOCALE ET GÉNÉRALE

 

Beaucoup de chanteurs négligent leur entrainement vocal avec un professeur de chant. Cela peut être à cause d’un rythme de vie effréné, où les impératifs financiers ont priorité et où l’on oublie les conséquences à long terme ; mais cela peut être aussi être lié à des idées reçues telles que le mythe du chanteur-né ("on est fait pour chanter ou pas, les cours sont inutiles", ou sa variante : "les cours de chant vont me faire perdre mon identité").

Si le chanteur gère sa voix de manière aléatoire, elle est moins efficace. Or, quand la voix marche moins bien, le premier réflexe du chanteur est souvent de forcer, ce qui complique encore la situation. 

 

A cause d'un rythme de vie le plus souvent intense, la fatigue devient vite un facteur limitant dans la performance, voire un problème chronique

De manière générale, les musiciens travaillent énormément. Il leur faut à la fois être créatifs, passer des auditions, travailler leurs morceaux, les enregistrer en studio, travailler la scène, progresser et savoir se renouveler, satisfaire leurs engagements, organiser leurs tournées, gérer leur communication etc. 

Beaucoup de musiciens cumulent plusieurs emplois pour gagner leur vie, dont certains n'ont parfois aucun rapport avec la musique ; cela peut être un choix qui contribue à leur équilibre (ne pas dépendre uniquement de la musique), mais pour d'autres c'est une contrainte alimentaire, et dans tous les cas cela peut contribuer à la fatigue chronique.

 

Les périodes de tournées peuvent constituer un challenge épuisant, vu le temps considérable passé dans les transports, l’enchaînement des villes qui en deviennent anonymes, le côté répétitif (trajet, monter et démonter le matériel...), les conditions de nourriture et de logement parfois rudimentaires, et l’absence des proches (quelques exemples de témoignages ici). 

 

Cette même fatigue rend aussi plus sensible aux infections telles que les rhumes. L’alimentation, souvent de moindre qualité lors des tournées, favorise certains problèmes digestifs comme les reflux gastriques. Rhume et reflux causent des inflammations de la zone ORL, et les cordes vocales en pâtissent. La climatisation, le chauffage et la chaleur sur scène favorisent la déshydratation, qui fragilise aussi les cordes vocales. 

 

 

DU PHYSIQUE AU PSYCHIQUE, ET INVERSEMENT 

 

Evidemment, ces problèmes physiques peuvent engendrer beaucoup de stress chez le chanteur, qui non seulement perd parfois les capacités de son instrument, mais en plus ne peut pas honorer ses contrats convenablement. Si la situation perdure, le stress peut devenir une véritable anxiété pathologique.  

 

Le chant (les arts en général) sont aussi étroitement lié à la capacité émotionnelle du chanteur : elle lui sert pour créer, et pour générer des émotions chez l’auditeur. La capacité émotionnelle est un atout essentiel, mais si elle s’accompagne d’une certaine fragilité (ex : hyper réactivité aux critiques extérieures, autocritique permanente…), cela peut devenir problématique, surtout dans une période difficile (ex : difficultés financières, épuisement, échec commercial d'un album pour lequel l'artiste s'est beaucoup investi...).

Certains tentent de compenser la pression avec un ego hypertrophié, ce qui est rarement épanouissant ; cela peut aussi mener à la dépression ; Robbie Williams, Katy Perry, Kanye West, Lady Gaga sont quelques exemples d'artistes ayant parlé ouvertement de leur problème de dépression.

  

Les problèmes psychologiques ont le plus souvent des conséquences sur le physique (fatigue générale, perte d’appétit, utilisation de médicaments avec des effets secondaires, ou de substances dangereuses pour la santé…), et cette fatigue physique renforce la difficulté à gérer le mental. 

D’autres paramètres peuvent s’additionner : le stress peut augmenter la consommation de tabac chez les fumeurs, ce qui favorise les reflux gastriques, irrite la zone ORL, et diminue la capacité respiratoire ; à nouveau, le stress engendre un nouvel impact sur le physique, ce qui augmente la fatigue et le stress du chanteur, etc. 

 

 

LES ENJEUX PSYCHOLOGIQUES DANS UNE CARRIÈRE MUSICALE  

Jacques Brel

 Jacques Brel souffrait d'un trac exacerbé avant de monter sur scène

(Crédit photo : CC Joop van Bilsen)

 

Les problèmes peuvent commencer tôt chez les jeunes musiciens : pression de l’entourage, culte de la réussite et du prodige, écoles élitistes favorisant un rapport agressif à la musique…

 

Une fois dans le milieu du travail, les conditions ne sont pas toujours meilleures : compétition intensive, pression pour satisfaire le public, contrats abusifs, et pour les plus connus, harcèlement par les journalistes et les fans, sont autant de circonstances difficiles.

 

Les chanteurs peu connus ont souvent de la difficulté à rentabiliser leurs travail, tandis que les chanteurs les plus célèbres ont encore plus de pression vis à vis de leur public et ne peuvent annuler un seul show sous risque de pertes colossales. 

 

On en vient alors à des situations telles qu’un chanteur qui subit des injections d’anti-inflammatoire pour assurer un show, et produit des efforts sur un instrument fragilisé, ou bien un chanteur au bout du rouleau qui se confond en excuses sur les réseaux sociaux lorsqu’un concert est annulé, et doit affronter des « fans » hargneux qui lui répondent que c’est lamentable et qu’il doit faire son job. P!nk en a fait les frais, mais n'est pas la seule !

 

Le trac, ou stress de la scène, peut augmenter avec la réussite du musicien, et devenir un handicap ; Adele a osé afficher son angoisse pathologique de la scène, on peut aussi se rappeler Jacques Brel qui disait vomir de peur avant chaque concert.

 

Sachant que trouver du travail passe souvent par une disponibilité en toutes circonstances, et sachant que la communication moderne passe souvent par une omniprésence sur les réseaux sociaux, certains aussi ont des difficultés à créer une limite entre sphère privée et sphère publique. Quand un problème se manifeste, le chanteur peut se sentir pris au piège, sans zone de refuge.

 

Evidemment, l'exposition médiatique peut aussi générer beaucoup de stress, surtout si elle augmente brutalement (ex : émissions telles que The Voice) et retombe aussi vite, ou s'insinue de manière excessive dans la vie privée (ex : chanteurs célèbres). Si beaucoup de musiciens rêvent de célébrité, pour ce qu'elle peut apporter de reconnaissance et de moyens financiers, ils oublient parfois l'envers de la médaille (impossibilité de se déplacer normalement, critiques et mensonges dans les media, manque de sincérité dans les relations, harcèlement et parfois violence des fans, etc).

 

 

HARCÈLEMENT ET INTOLÉRANCE : LA CERISE SUR LE PUDDING À L'ARSENIC 

 

Ces problèmes ne sont pas spécifiques au milieu de la musique, mais on les trouve comme partout ailleurs. Je vous invite à lire l’article sur le sujet que j’avais publié il y a quelques temps sur le blog.

 

 

QUAND LA DÉTRESSE DEVIENT EXTRÊME  

 

Comme le dit très justement cet auteur, les articles choc de la presse people sur la dépendance à l’alcool ou aux drogues (ex : Sia, Amy Winehouse), les dépressions, voire les suicides des personnalités connues (les chanteurs des groupes Linkin Park, Prodigy et Soundgarden, ou le DJ Avicii), mettent en lumière ce phénomène de détresse extrême pour un instant, mais n’abordent pas le cas de tous les musiciens moins célèbres qui l’affrontent aussi dans l’ombre. 

L'article estime que les musiciens ont 3 fois plus de chance de souffrir de dépression que la moyenne de la population ; une étude citée par cet autre article parle de 80% de dépressifs. 

 

Outre les problèmes de dépression, certains clichés ont la peau dure, comme celui du rockeur qui carbure sous alcool ou le jazzeux sous substance illicite. Dans cet article aussi émouvant qu'intéressant, des musiciens connus dont le chanteur d'Aerosmith, le guitariste des Eagles, et Ben Harper, parlent de leur chemin de croix entre drogue et alcool et de leur sobriété durement acquise.

On commence à voir l'envers de la situation quand certains confient qu'il s'agissait d'une fuite, ou d'une pratique "pour faire comme tout le monde" mais qu'ils n'ont jamais appréciée ; ou bien que la consommation de ces substances leur permettait de lutter contre une phobie sociale avérée ; ou encore que, si l'alcool a favorisé leur créativité, c'est parce-que la sensation de détente obtenue leur permettait de compenser un déficit de l'attention pathologique (maladie inconnue à l'époque), et d'être capable de terminer une chanson au lieu de toujours la laisser inachevée. Si certains ont apprécié le côté "festif" de la chose au début, tous reconnaissent s'être fait dépasser par les conséquences et avoir énormément souffert.

 

SIA chant 

Sia parle ouvertement de son combat contre l'addiction,

l'alcoolisme et la dépression dans les media (crédit photo : ToastyKen CC/BY)

 

 

DE LA MUSIQUE AU SPORT  

 

On peut faire un parallèle intéressant entre le milieu de la musique et celui du sport, auquel je m’intéresse depuis longtemps pour les aspects de performance. On trouve beaucoup de problématiques communes chez les musiciens et les sportifs de haut niveau : le risque de blessure, l’anxiété, la dépression, la gestion de l’échec, le besoin de reconnaissance, la difficulté à gérer les critiques, etc.

 

Côté physique, on note une différence d’approche : les sportifs ont des équipes de santé beaucoup plus structurées qui assurent un suivi régulier personnalisé (médecin, masseur, kinésithérapeute…). L’importance de l’hygiène de vie est aussi une routine perçue comme normale pour le sportif (activité physique diversifiée, équilibre alimentaire…).

Le côté festif de la musique peut nous faire oublier que le chanteur est un athlète de la voix qui a besoin lui aussi d’un régime de vie spécifique, ne serait-ce que parce-qu’il se doit vis à vis de son public de donner le meilleur de lui-même.  

 

Les substances illicites ont aussi leur place dans le sport, mais au delà des écarts "festifs", elles sont davantage utilisées pour repousser les limites de la capacité physique, et masquer la sensation de douleur. Le dopage est connu depuis longtemps dans le sport, mais les dangers sur le moyen / long terme (maladie grave, décès brutaux, malformations des foetus chez les femmes enceintes...) restent encore un sujet délicat que peu de sportifs osent aborder ouvertement (ici un reportage intéressant sur le sujet).

 

Côté mental, aussi bien dans le sport qu'en musique, les problèmes psychologiques ont longtemps été tabous. Le sport s’ouvre petit à petit à cette nouvelle dimension de par son rôle dans la performance, comme pour le baseball aux USA, mais il reste encore bien des efforts à faire sur le sujet, en France entre autres, ainsi que sur le fait d'aborder les problèmes psychologiques dans toute leur amplitude (ex : dépression post-sportive).

Yannick Noah souligne dans cet article les lacunes de la préparation mentale des joueurs de tennis français.

 

Yannick Noah souligne à Cup Davis en 1979 (source : Dijk, Hans van / Anefo / CC BY-SA 3.0 NL)

 

 

DES TÉMOIGNAGES ET DES SOLUTIONS  

 

La bonne nouvelle est que, comme les articles cités ici le montrent, les langues se délient pour faire changer la situation. On trouve des témoignages de chanteurs qui s’expriment plus librement sur :

 

- leurs problèmes d’addiction à l’alcool ou aux drogues, comme dans l'article vu plus haut.

Quasiment tous ces musiciens ont eu peur de perdre leur charisme et leur créativité s'ils devenaient sobres ; et si pour certains, une chanson à succès a été écrite dans un état second, ils reconnaissent que la sobriété leur a permis d'en écrire d'autres, ou même que leur créativité a pris son ampleur avec leur sobriété.

 

- leurs problèmes mentaux. 

Certains contribuent par exemple à une sensibilisation générale en parlant publiquement de leurs problèmes, parfois en utilisant des journées dédiées (ex : semaine pour la prise de conscience des problèmes mentaux). Que ces troubles aient débuté avant la carrière musicale ou après, le débat public sur le sujet est un grand progrès dans leur reconnaissance, et un premier pas vers leur traitement.

 

- leur routine de travail vocal.

On pense par exemple à Lady Gaga et Stevie Wonder, des chanteurs pourtant hors normes, mais qui n’hésitent pas à remercier publiquement leurs professeurs de chant ; certains chanteurs laissent parfois sur internet un extrait d'un cours, comme Michael Jackson, Madonna, ou ici le chanteur d'Emp!re (les élèves reconnaitront l'exercice !). On peut également citer Céline Dion, qui a évité une chirurgie des cordes vocales à 20 ans grâce à une période de silence prolongée et des cours de chant. 

 

- leur hygiène de vie.

On peut trouver de nombreux exemples sur les habitudes diététiques et sportives des musiciens (comme dans cet article). Pour les artistes jouant beaucoup sur le côté physique des prestations ou utilisant des chorégraphies, cela peut aller jusqu'à des préparations très pointues, comme Madonna avec ses coachs sportifs ; la chanteuse a même créé une mode sur le sujet, et parrainé des salles de fitness.

 

 

TROUVER SON ÉQUILIBRE, CHOISIR SES PARTENAIRES 

 

Le mythe du chanteur-né-qui-s’est-construit-tout-seul a fait beaucoup de dégâts, et il serait temps de valoriser le chanteur pour son aptitude au travail en équipe, avec de nombreux autres professionnels. Cela signifie aussi pour le chanteur : prendre les compétences dont il a besoin là où elles sont, et les intégrer dans son quotidien. 

 

Nous avons tous entendu parler de contrats abusifs qui ont spolié des artistes au profit de leurs producteurs, mais à l’ère de l’auto-production, le problème inverse peut se poser : beaucoup de groupes sont multi-casquettes, et gèrent eux-même la plus grosse partie de leur activité. Un exemple de réussite en ce sens est le travail du groupe français The Inspector Cluzo. L’avantage est de limiter les coûts, de choisir son mode de fonctionnement, et de garder un contrôle quasi-absolu sur sa musique. 

 

Néanmoins, comme j'avais entendu le célèbre guitariste Steve Vai le souligner dans une interview, le musicien ne doit pas se sentir obligé de tout faire, et se mettre une pression inutile pour des activités pour lesquelles il n’est pas efficace : constituer sa petite équipe sur mesure peut aussi résoudre des situations compliquées ou alléger la quantité de stress au quotidien.

 

Les chanteurs existent grâce aux auteurs, compositeurs, musiciens, arrangeurs, producteurs, professeurs de chant, coachs vocaux, choristes, tourneurs, roadies, régisseur son, régisseur lumière, chargés de communication, graphistes, vidéastes, coachs sportifs, médecins, nutritionnistes, psychologues… sans parler de l'importance d'un bon comptable et parfois même d'un bon avocat ! Et il n’y a rien de plus normal que de travailler avec les professionnels qui leur permettront d’avoir une vie plus épanouie.

 

Matthew Bellamy chanteur

P!nk, Lady Gaga, Bjork ou encore Matthew Bellamy s'affichent parfois dans les medias avec leurs coachs vocaux.

(crédit photo : CC /BY Steve Collis from Melbourne, Australia)

 

EN CONCLUSION

 

Si malheureusement un jour, vous vous retrouvez à devoir gérer une situation physique ou mentale difficile :

 

- non, vous n’êtes pas le seul ; il n'y a rien de honteux à cela et vous n’êtes pas un loser.

- ne vous isolez pas, parlez-en à vos proches, ainsi qu'à des professionnels dont c’est le métier. Des solutions existent, vous n’êtes pas obligé de rester dans cette situation.

- réfléchissez à votre entourage : il faut savoir faire confiance aux personnes qui sont meilleures que vous dans un domaine, mais aussi savoir se séparer des personnes qui créent ou renforcent les problèmes. 

- partagez votre expérience avec les autres, et ne laissez pas les apparences dicter votre conduite. Je partage souvent mon vécu avec mes élèves afin d’avoir une communauté musicale plus humaine et plus unie.

 

A vous de passer le relai !

 

***

Précision Crédis photos Jacques_Brel : Creative Commons Joop van Bilsen, Nationaal Archief, Den Haag, Rijksfotoarchief: Fotocollectie Algemeen Nederlands Fotopersbureau (ANEFO), 1945-1989 - negatiefstroken zwart/wit, nummer toegang 2.24.01.05, bestanddeelnummer 914-8398 / CC0


 

Newsletter 14 Janvier 2020

 Je vous souhaite à tous une très bonne année 2020,

lumineuse, pleine de couleurs et de moments "Wahou !"

 

 


 

Newsletter Février 2019

  

LA RESPIRATION CHEZ LE CHANTEUR

amour

 

Aujourd’hui je vous propose un article sur un sujet à controverse : la respiration chez le chanteur. J’ai de nombreuses questions sur ce point, et une petite mise au point me semblait utile.

Précision 1 : cet article n’a pas vocation à être exhaustif, le but est de vous présenter quelques éléments relatifs à ma propre expérience ainsi qu’à celle de certains collègues professeurs de chant.

Précision 2 : nous allons distinguer dans cet article les exercices "purement respiratoires" (centrés uniquement sur l'appareil respiratoire) et ceux mettant en jeu le système respiratoire et d'autres systèmes.

 

Je chante, donc je respire !

 

Il arrive très souvent, lorsqu’une personne dit qu’elle est chanteuse, que son entourage réagisse ainsi : « Ah, tu apprends à chanter, alors tu dois travailler ta respiration !». Des nombreux élèves viennent à mon studio en me disant qu’ils « ne savent pas bien respirer », ou qu’ils ont par le passé « travaillé leur respiration ».

Dans beaucoup de cas, il s’agit plus d’une affirmation automatique que d’une réelle compréhension des mécanismes du chant. Car en fait, si l’on prend quelques secondes pour y réfléchir, avez-vous besoin d’apprendre à respirer ?

 

Vous savez respirer depuis votre naissance, sinon vous seriez mort…

 

Je voudrais citer un des fondateurs de l’institut international des professeurs de chant dont je fais partie, l’Institute for Vocal Advancement :

« Beaucoup de professeurs de chant vont passer un temps exorbitant à travailler sur des exercices de respiration, sans vous faire chanter quoi que ce soit. Ils vont vous dire que la racine de tous vous problèmes est votre problème de respiration. Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté je sais respirer, sinon je ne serais pas là en train d’écrire ces lignes !  Ces professeurs vous disent que le chant, c’est à 90% de la respiration. Si c’était vrai, tous les nageurs, les professeurs de yoga et les coureurs du monde seraient engagés pour des enregistrements de disques, mais nous savons tous que ce n’est pas le cas. » (Tom Bathgate). 

Effectivement ! 

 

Si l’on creuse un peu plus loin, les exercices  "purement respiratoires" ne sont pas non plus sans présenter de risque. Voici des extraits d’un livre cité par Justin Petersen :

«Ne prenez pas une pleine inspiration d’air avant de chanter. Cela ne vous permettra pas de tenir plus longtemps, et votre timbre ne sera ni meilleur, ni plus portant. Si vous avez pour habitude de prendre beaucoup d’air, et de retenir votre respiration, cela peut affaiblir votre organe respiratoire et par conséquence, votre gorge aussi. Un système de respiration qui distord la silhouette, au lieu de l’améliorer, est toujours mauvais (ressortir le ventre, creuser le dos…). Evitez de prime abord tous les « systèmes de respiration » qui requièrent une pratique mécanique ou méthodique : la majorité d’entre eux ont un fonctionnement contre nature. » (F. Husler, Y. Rodd-Marling - Singing: The Physical Nature of the Vocal Organ - traduction personnelle)

 

Influencer la manière dont on respire peut se révéler perturbant. J’ai eu l’occasion d’expérimenter ce phénomène dans ma pratique de chanteuse avec certaines techniques vocales. Suivant les indications de ces méthodes, je me trouvais au final avec des noeuds dans la tête, et parfois même la troublante sensation de « ne plus savoir respirer », sans même parler de progresser en chant... 

J’ai aussi pu constater les dégâts chez mes propres élèves, quand certains viennent me voir pour la première fois en me disant avoir « appris à respirer » : au final, ils ont souvent appris à créer des tensions dans leur organisme, et certains s’échinent parfois à pratiquer une gymnastique abdominale complexe pour des résultats vocaux totalement aléatoires. 

Je suis donc plutôt méfiante vis à vis des exercices "purement respiratoires", surtout quand ils sont pratiqués de manière insistante ou systématique.

 

Dans quels cas les exercices purement respiratoires peuvent-ils être utiles ? 

 

 

"Je respire très bien mais je ne peux pas chanter, comment c'est possible ???"

 

L’indication principale des exercices purement respiratoires concerne les chanteurs sujets à ce que l’on appelle la respiration claviculaire ; il s’agit de chanteurs ayant tendance à respirer de manière exagérée avec le haut du thorax, avec un mouvement marqué des épaules, ce qui s’accompagne de prises d’air déséquilibrées avec tensions généralisées. Ce type de problème peut souvent être résolu par des vocalises bien choisies, mais quand le phénomène est très marqué, il est parfois nécessaire de travailler uniquement sur la respiration pendant quelques minutes.

On peut aussi constater ponctuellement une respiration claviculaire chez le chanteur ayant l'habitude d'une respiration plus équilibrée mais dans des circonstances spéciales, par exemple s'il est essoufflé, ou suite à une production vocale difficile conduisant à des tensions. Dans les deux cas, le fait d'en prendre conscience suffit souvent pour se recaler consciemment, sans qu'il soit besoin d'effectuer d'exercices purement respiratoires pendant les cours. 

Certains exercices impliquant la respiration peuvent aussi être très intéressants pour préparer l’organisme, voire préparer le mental, AVANT de chanter. Par exemple, respirer tranquillement et profondément, avec une respiration mettant en jeu l'abdomen, permet de se calmer si l’on est particulièrement tendu ou stressé.

J’utilise aussi parfois certains exercices de conditionnement physique associés à des respirations profondes pour favoriser la circulation sanguine et l’oxygénation des muscles, et équilibrer la tenue générale du corps avant le chant. 

 

Mais attention...

 

Il est important de noter que les exercices purement respiratoires mettent souvent en jeu une respiration différente de celle nécessaire au chant. Cela est souligné de manière intéressante par D Brian Lee, qui nous fait observer que la respiration dite "basse" (avec un mouvement abdominal marqué) n'est pas forcément signe d'équilibre, ni une généralité chez les chanteurs de haut niveau : une dilatation thoracique (là où sont les poumons) est normale dans la production vocale.  

D'autre part, les exercices respiratoires sont totalement insuffisants pour apprendre à chanter. Pour comprendre le phénomène un peu plus intuitivement, considérer que construire une voix se résume à la respiration, comme l’explique Scott McCoy dans un article du Journal of Singing, c’est un peu comme considérer que construire une voiture revient uniquement à disposer d’un circuit d’injection : ce n’est pas parce-qu’on sait mettre du carburant dans le véhicule qu’on sait le conduire ! 

 

 

Mais alors… que faut-il faire pour apprendre à bien chanter ?

 

Si l’on observe un chanteur du point de vue anatomique, que se passe-t-il quand il chante, en dehors de l’utilisation d’air ? Il sollicite ses cordes vocales. Le voilà, notre carburateur ! 

Pour faire simple, on considère que le chant est le résultat de l'interaction des systèmes phonatoire, respiratoire, et résonateur. Autrement dit, comme le souligne Spencer Welch, le système respiratoire ne constitue qu'un tiers de l'équation. Et encore, on peut y ajouter le rôle du système postural ! Tous ces muscles interagissent entre eux de manière plus ou moins directe via les tendons, les systèmes articulaires, les fascia, etc… 

Voilà donc une explication à l’image de la voiture : la respiration n’est rien sans une coordination musculaire complète et adéquate. On considère habituellement que chanter sollicite… plus de 200 muscles ! On comprend mieux pourquoi on compare parfois le chant à un sport. 

 

Donc : peut-on apprendre à coordonner tous les muscles du chant en ne sollicitant que les muscles de la respiration ? La réponse est bien évidemment non, de la même manière qu’on ne peut pas apprendre à conduire une voiture simplement en apprenant à mettre du carburant dans le réservoir. C’est en chantant qu’on devient chanteur !

On ne trouve d'ailleurs aucune trace écrite d'une gestion séparée de la respiration dans les manuels de l'ancienne école italienne ; les manuels les plus anciens font toujours état d'un travail sur le chant dès les premiers cours, comme le souligne Justin Petersen. 

 

Alors, il suffit que je chante pour devenir un bon chanteur ?

 

 

Les exercices chantés impliquent forcément une gestion du flux d'air, mais aussi de tous les autres systèmes impliqués dans le chant ; ce sont donc des outils puissants de conditionnement de la voix. Tous les exercices vocaux, quand ils sont correctement effectués, constituent un conditionnement de l’équilibre entre flux d’air et l’activité de plusieurs centaines de muscles sollicités par le chant.

Je voudrais insister sur le « QUAND ILS SONT CORRECTEMENT EFFECTUÉS » : autrement dit, un exercice vocal exécuté de la mauvaise manière vous donne de mauvaises habitudes vocales et ne vous fera pas progresser. 

Un bon professeur de chant ne choisit jamais ses gammes au hasard, mais selon le chanteur qui est en face de lui et son état vocal ; tous les éléments constituant l’exercice et la manière dont il vous les fait travailler ont pour fonction de vous aider à coordonner cet incroyable équilibre musculaire. C’est pour cela que le déroulement d’un cours n’est jamais identique d’une fois sur l’autre, ni pour 2 élèves différents !

 

Conclusion

 

Oui, la gestion du flux d’air est essentielle pour le chanteur, et dans certains cas le recours ponctuel aux exercices dits "purement respiratoires" pourra être utile ; mais ces exercices peuvent aussi être contre-productifs, et dans tous les cas, le chanteur doit rapidement basculer sur des exercices permettant une coordination musculaire adéquate entre les cordes vocales, le larynx, les systèmes résonateurs, et tous les muscles ayant une influence directe ou indirecte sur l’un et/ou l’autre. 

Les vocalises et tous les exercices vocaux, quand ils sont correctement effectués, vous apprennent non seulement à coordonner votre respiration mais également à coordonner l'ensemble des mécanismes permettant une émission vocale équilibrée.

Ne passez donc pas un temps considérable sur les seuls exercices respiratoires avec l’espoir que cela suffira à vous faire progresser, mais assurez-vous de pratiquer vos vocalises régulièrement, et surtout de la bonne manière  !

 

 

VEGAONE, LE PROJET MUSICAL DE LA PROF DE CHANT,

PASSE A LA RADIO !

 

J'ai le plaisir de vous annoncer que VégaOne est désormais soutenu par La Grosse Radio, et diffusé sur leur antenne rock. Je vous invite à découvrir cette super webradio tenue par une super équipe !

Pour découvrir la chanson diffusée, c'est par ici !

 


 

Décembre 2019

 

STAGE D'ANGLAIS POUR LES CHANTEURS (3ème édition)

3 bonnes nouvelles si tu aimes chanter en anglais !

  

  1 : Le stage d'anglais pour les chanteurs, 3e édition, est prévu ! Bloque la date :

 

Samedi 15 et Dimanche 16 Février 2020

entre 10h et 18h, à Bordeaux

 

 2 : Si tu parraines une personne à l'inscription, vous aurez tous les deux une réduction !

 

 3 : C'est bientôt Noël, voilà une idée de cadeau super sympa, à recevoir ou à offrir

avec un joli bon cadeau personnalisé !

 

 

UN STAGE POUR QUOI ?

 

 

Si tu te sens concerné par au moins une de ces raisons, alors ce stage est pour toi !

 

 * Un week-end d'immersion dans la musique anglaise

pour apprendre une méthode efficace et améliorer ton niveau de chanteur *

 

 

UN STAGE POUR QUI ? 

 

Le stage est ouvert à tous, même les chanteurs du dimanche ! La méthode permet à chacun d'avancer selon son niveau et ses objectifs.

Le seul prérequis est d'avoir au minimum quelques notions de la langue, et l'envie d'apprendre.

Donc tu peux venir avec des amis, ta famille, ton chien... ton chien aussi aura droit à la réduction !

 

 

C'EST VRAIMENT BIEN ?  

 

Tu hésites encore ? Voici quelques témoignages de participants aux stages précédents (je ne les ai pas payés pour les écrire, ils peuvent t'appeler si tu en doutes) :

 

 

"C’était génial ! Une méthodologie claire, tout un tas de bons conseils en tous genres, et beaucoup d’éclats de rire !"

"Super convivial, chaleureux, réjouissant, amusant... bref, génial !"

"Un grand réveil !"

"Le stage m'a remotivé pour composer en anglais !"

"De la rigueur, du dynamisme, de la pêche ! Et découverte d'univers musicaux vers lesquels je ne serais pas forcément allée."

"Ce stage a été dense, sérieux, concret, précis, exigeant, et formateur. Je suis venue de Paris, et pas pour rien !

"Ravie d'avoir fait ce stage, j'ai appris plein de choses, ça ouvre de nouvelles perspectives. Prof au top, support nickel !"

"Le soir du premier jour j'ai déjà senti que mon oreille était plus précise."

"Le lendemain du stage, tout a commencé à se mettre en place dans ma tête, comme un puzzle. Maintenant j’ai une méthode pour aborder les chansons en anglais !"

"J'ai enfin compris les outils phonétiques avec lesquels je bataillais depuis 2 ans."

"Super intéressant, ludique, très agréable."

"Pas vu le temps passer. Si tu venais à faire un stage d'anglais niveau 2, I’m in !"

"Je pense qu’on devrait t’inscrire au programme d’anglais de Seconde... Mille mercis d’avoir organisé ce stage. Change rien, c’est top !"

"Une super expérience très enrichissante ; un stage très intéressant d’un point de vue culturel et musical ! »"

"Il est important de faire des stages comme celui-ci ; dommage qu’il ne soit pas assez long !"

"A peine une heure de stage et on comprend pourquoi on est là. Super ambiance, comme toujours, vivement le prochain stage ! Merci beaucoup c’était super !"

"J’ai l’impression d’avoir eu de vraies clés pour améliorer ma manière de chanter, et d’avoir découvert quelque chose. Ce que j’aimerais en plus : d’autres stages..."

"Stage hyper intéressant. Mille mercis à toi, tu sais transmettre ta passion, ton savoir, et tu en fais profiter les autres."

 

 

JE VEUX M'INSCRIRE !

 

C'est simple : tu m'envoies un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , ou tu appelles au 09 51 91 00 46, ou tu m'en parles en cours ; je te donnerai toutes les informations et je t'enverrai la fiche d'inscription.

 

VIENS, CA VA ÊTRE SYMPA !


 

Newsletter décembre 2018

 

DES COURS DE CHANT SOUS LE SAPIN !

Profitez de Noël pour acquérir plus d'expérience,

et vivre de beaux moments !

 

"La la lalaaaaaaaaaaaa !!!!" (crédit image)

 

Pour Noël, vous pouvez offrir ou mettre sur votre liste au Père Noël un bon cadeau spécial chanteur... c'est très simple :

1) Choisissez ici le contenu de votre cadeau  : cours de chant, coaching scénique, enregistrement d'une chanson, Petit Carnet du chanteur...
2) Contactez-nous au 09 51 91 00 46 pour réserver votre bon cadeau personnalisé et finaliser le paiement.
3) Offrez le bon cadeau... ou profitez-en !

 

***

VEGAONE, LE PROJET MUSICAL DE LA PROF DE CHANT

pour mettre en musique des super-héros 

 

Pour découvrir la première chanson, c'est par ici !

Si elle vous plait, n'hésitez pas à laisser un pouce en l'air et un petit commentaire, et à vous abonner à la chaîne Youtube !

 

 

 


 

Octobre 2019

  

« JE N’AIME PAS MA VOIX !  EST-CE NORMAL ? QUE FAIRE ? »

 

 

chat chanter

 

Cela se produit régulièrement : un chanteur me l’avoue, parfois du bout des lèvres, parfois avec un peu de colère... « Je n’aime pas ma voix ».

Cela peut concerner les chanteurs peu expérimentés comme les chanteurs professionnels, mais pas seulement.

Certains orateurs viennent aussi me voir parce-qu’ils n’aiment pas leur voix parlée ! D'ailleurs, nous avons tous eu une expérience étrange la première fois que nous avons entendu notre voix sur le répondeur de notre téléphone...

 

N’est-il pas triste d’aimer chanter mais de ne pas aimer sa voix ?

Cassons le suspens dès le début : cette réaction est très courante, et elle est rarement définitive.

 

 

POURQUOI EST-ON FÂCHÉ AVEC SA PROPRE VOIX ?

 

Si les raisons sont variées, on retrouve tout de même souvent les mêmes causes plus ou moins imbriquées :

 

  • Cause n°1 : la découverte de la « voix de l’extérieur »

 

Quand nous parlons / chantons et que nous nous écoutons en même temps, nous entendons un mélange entre 2 choses :

- notre voix « de l’extérieur » : elle revient à nos oreilles par la conduction de l'air, et reflétée par les murs de la pièce et les objets qui nous entourent ;

- ET notre voix « de l’intérieur » : une partie du son, surtout les fréquences graves, va directement de nos cordes vocales vers notre oreille via le squelette, par conduction osseuse ; ce phénomène amplifie la côté grave de la voix.

 

Lorsque la même personne s’écoute chanter sur un support enregistré (ou parler sur un répondeur), elle entend sa voix uniquement « de l’extérieur ». Mais du coup, sa voix lui semble plus fluette que ce à quoi elle est habituée, ce qui peut provoquer une réaction de rejet. 

peur

Quand tu découvres ta voix de l'extérieur...

 

 

  • Cause n°2 : l’impression liée à une voix peu développée

 

La voix d’un chanteur débutant sonne le plus souvent… comme une voix débutante : elle est composée de moins de fréquences qu’une voix travaillée, le timbre est souvent moins riche, moins dense ; les notes sont souvent moins précises, et les nuances inexistantes ou maladroites ; parfois les tensions musculaires déforment le timbre ; l’accent peut poser problème si on utilise une langue étrangère ; l'intention émotionnelle peut être mal adaptée, et le phrasé peu convaincant ; etc.

 

L'apprenti chanteur ne sera pas forcément conscient de tous ces détails, mais s’il compare sa voix et celle d’un chanteur qu'il admire, en oubliant que ce professionnel a travaillé longtemps pour arriver où il en est, il peut avoir l’impression que sa propre voix n’a aucune valeur, alors qu’elle est juste peu développée.

 

 

  • Cause n°3 : l’impression liée à une voix non naturelle

 

Il arrive qu’un chanteur manipule sa voix pour « sonner comme » un autre chanteur, ou donner une image particulière (ex : voix suave, voix rauque, voix puissante…). Cela peut aussi se produire pour un chanteur professionnel qui subit des exigences de la production, par exemple pour suivre une mode.

 

Cette manipulation de la voix (qui ne doit pas être confondue avec le développement vocal normal ou la capacité de nuances d'une voix entraînée), peut créer des déséquilibres du timbre, la voix perd de sa qualité naturelle et réagit mal, et/ou le chanteur sent plus ou moins consciemment qu’il n’est pas vraiment en harmonie avec lui-même.

 

 

  • Cause n°4 : le côté intime et émotionnel de la voix

 

Un chanteur peut être en conflit avec sa voix parce que des personnes lui ont fait des réflexions désagréables par le passé (« tu chantes comme une casserole ! »), ou parce-que son perfectionnisme l’empêche de voir ses progrès.

 

Or, nous avons tous un rapport très intime à notre voix, puisqu’elle est produite par notre corps et reflète nos émotions ; de plus, nous craignons l’image que notre voix peut donner de nous-mêmes aux autres.

Une seule réflexion mal venue, même si l'intention n'était pas de peiner, peut alors complexer un apprenti chanteur pendant des années, voire même lui faire abandonner cette activité qu'il faisait pourtant par plaisir !

 

Au final, notre premier réflexe est souvent de juger notre voix de manière très catégorique et avec peu d’objectivité, car nous pouvons être bouleversé par ce que cela signifie, ou par ce que cela nous rappelle.

 

 

 

ALORS, COMMENT RESOUDRE CE PROBLEME ?

 

« Docteur, à part s'enfermer dans un terrier, il y a une solution ? »

 

Inutile de sacrifier votre plaisir du chant et de fuir tout ce qui ressemble à un répondeur, il y a une solution, qui consiste à accepter ce fait :

Aimer sa voix n'est pas toujours spontané, c’est plutôt un processus physique (construire sa voix) et mental (comprendre ce qu’elle représente pour nous) qu’il faut enclencher.

 

 

Voici quelques étapes de ce processus :

 

  • Apprenez à connaître votre voix, travaillez régulièrement et soyez patient. Développer votre technique, votre style, votre interprétation, votre accent, etc... pour que votre voix sonne mieux demande du temps et de l'application, alors à quoi bon vous énerver avant d’avoir fourni le travail nécessaire ? On ne juge pas la beauté d’une maison quand les travaux sont en cours !

 

  • Réconciliez l’écoute intérieure et l’écoute extérieure. Le public à un concert entend uniquement notre voix de l'extérieur ; il est donc essentiel de l'apprivoiser pour en faire bon usage. Cela implique un développement de la compréhension auditive qui s’apprend avec un prof de chant… et un enregistreur ! Restez bienveillant, évitez les réactions lapidaires (« ma voix est horrible ! ») qui renforcent vos croyances négatives. Avec le temps et le développement de votre capacité d'analyse du son, votre enregistreur deviendra votre meilleur ami.

 

  • Réfléchissez aux moments de votre vie ayant pu créer un conflit psychologique avec votre voix pour mieux les dépasser. Ne laissez pas les critiques impacter votre volonté de progresser, et n’oubliez pas de vous féliciter pour chaque petit progrès obtenu.

 

  • Ne travaillez pas seul. Même si le travail personnel est essentiel, entre votre écoute qui est biaisée et l'aspect émotionnel de la voix, il est extrêmement compliqué d'être parfaitement objectif et conscient de vos besoins spécifiques, même avec l'aide de bons livres ou de vidéos sur internet. Se faire accompagner par un professeur compétent vous fera gagner un temps précieux, cela vous permettra d’avoir des conseils personnalisés et du soutien dans les moments difficiles. 

 

  • Respectez les besoins naturels de votre voix (échauffement vocal, chant varié, hydratation, temps de récupération, ne pas chanter quand on a mal à la gorge…) pour qu’elle se développe sainement et garde son efficacité dans le temps.

 

  • Respectez votre identité vocale personnelle et ce qui rend votre voix unique, inspirez-vous des grands chanteurs mais sans chercher à « sonner comme ». Explorez différents styles de musique et laissez le « chant libre » à votre voix, vous serez probablement surpris par vos aptitudes!

 

cuisine

Le chant c'est comme la cuisine, il faut mettre de toi dedans pour que ce soit bon ! 

 

 


 

Newsletter novembre 2018

 

MON NOUVEAU PROJET MUSICAL ET

MA NOUVELLE COMPOSITION

 

 

Bonjour à tous ! 

J’adore composer, mais je ne prends pas toujours le temps de partager avec vous mes projets musicaux. Alors, branchez vos caissons basses, mettez la sono à fond, sortez vos capes et vos super pouvoirs, j'ai le plaisir de vous présenter mon nouveau projet musical VegaOne, dont l'objectif est de mettre en musique... des super-héros !

 

Parmi mes centres d’intérêt, on trouve le cinéma et tout ce qui tourne autour du fantastique ou de la science fiction. Vous me trouverez donc facilement dans une salle de cinéma lorsque sort un nouveau film chez Marvel, DC Comics, ou Lucasfilm !

Beaucoup de mes compositions ont été inspirées par des personnages de film.

 

La saga de Thor créée par Marvel au cinéma, et en particulier le personnage de Thor, incarné par l'acteur Chris Hemsworth, m’ont inspirée la chanson que je vous présente aujourd'hui.

Ce personnage, dieu du tonnerre dans la mythologie nordique, présente une évolution intéressante au cours des épisodes, passant d’un jeune guerrier impulsif et donneur de leçon à un leader plus mature ; son arme de prédilection est Mjöllnir, un marteau magique ultra puissant.

 

thor loki

Cosplay de Thor et Loki (crédit photo chrisjortiz / CC BY)

 

Sa relation compliquée avec son frère adoptif, l’ambigu Loki, joué par l'acteur Tom Hiddleston, est aussi un des axes de la saga. 

On retrouve ces deux thèmes dans ma chanson, et l'arme que je tiens pour le shooting photo est une reproduction à l'identique du Mjöllnir du film.

Voici le lien pour découvrir la chanson, je vous souhaite une bonne écoute !

 

 


 

 

Newsletter septembre 2019

 

TRAVAIL DE LA VOIX :

4 CHOSES A NE PAS FAIRE EN CAS DE "COUAC" !

 

C'est la rentrée pour le Studio Excell Voice ! Pour démarrer du bon pied, intéressons-nous à un aspect du travail quotidien de la voix.

Vous êtes en train de pratiquer une gamme ou une chanson, et tout à coup, la voix déraille, ou le timbre change, la note est fausse, le son s'étrangle, voire tout cela en même temps, bref : c'est le "couac" !

Comment réagissez-vous lorsque cela se produit ?

Voici quelques exemples de réactions que je vois tous les jours dans mon studio mais qui ne sont pas bénéfiques, autrement dit : 4 choses à NE PAS faire quand vous commettez une erreur au cours de votre travail de la voix.

 

1) NE PAS : marquer l'erreur (froncer les sourcils, râler, commenter, faire un geste de dépit, casser le service en porcelaine de grand-maman...)

 

Quand tu ne réussis pas à chanter comme tu veux ... 

 

POURQUOI ?

En marquant l'évènement, vous enfoncez le clou de l'erreur, vous perdez du temps à vous reprocher de l'avoir fait au lieu de vous concentrer sur votre objectif, et vous laissez votre ego et votre jugement vous diriger (« c'est horrible », « je me suis encore loupé », « je suis nul » etc).

Encore pire, vous risquez de prendre l'habitude de marquer vos erreurs aussi quand vous êtes sur scène !

 

A FAIRE 

Deux options selon la manière avec laquelle vous êtes en train de travailler :

    • soit vous vous arrêtez immédiatement pour reprendre en faisant mieux (et pour cela, il faut avoir un objectif clair en en tête, voir le point 3)
    • soit vous continuez sans vous arrêter et vous essayer de vous rattraper, auquel cas, restez dans l'instant présent, concentré sur ce que vous faites ; vous reviendrez sur l'erreur plus tard, à la fin de l'exercice ou de la chanson. Cette procédure est essentielle à travailler pour apprendre à vous rattraper en concert, donc ne la négligez pas.

 

 

2) NE PAS : vous excuser (même quand vous êtes en cours avec votre prof).

 

Quand tu miaules de travers

 

POURQUOI ?

Certains élèves ont le réflexe de dire « pardon » ou « désolé » quand la voix ne réagit pas comme prévu. Peut-être s'imaginent-ils que le prof va croire qu'ils ne font pas leur maximum, cela peut aussi être un simple réflexe pour "prévenir" que l'on va recommencer ; mais parfois, cela souligne le fait que l'élève considère plus ou moins consciemment avoir fait quelque chose de MAL. La preuve en est que l'on dit rarement "pardon" à soi-même lorsqu'on fait un couac seul chez soi...

Faire des erreurs n'est pas mal, faire des erreurs est NORmal !

Les erreurs vous donnent, à vous et votre professeur, les informations nécessaires pour comprendre ce qui cloche dans la voix, ce sont donc des alliées précieuses pour progresser.

 

A FAIRE

Rien, restez concentré sur ce que vous êtes en train de faire. Comme pour le point précédent, si vous êtes en cours de chant :

  • soit le professeur considère que l'erreur mérite que vous vous arrêtiez et il va vous le dire de suite pour vous aider à faire mieux ;
  • soit il considère qu'il n'est pas utile de vous interrompre pour le moment et que vous pourrez en discuter à la fin de l'exercice ou de la chanson, donc continuez jusqu'au bout.

 

 

3) NE PAS : reprendre immédiatement le même passage au pif, ou reprendre vingt fois de suite de la même manière.

 

POURQUOI ?

Le pifomètre est un outil qui fonctionne en général de manière aléatoire, et donc de manière non répétable (« Tiens ça a bien marché là ! Comment m'y suis-je pris ? Je n'en ai aucune idée... ») ; autrement dit, vous n'augmentez pas votre maîtrise du geste vocal. 

Je vois parfois certains élèves reprendre d'eux-mêmes plusieurs fois à la suite les mêmes notes qui ne marchent pas, comme s'ils se dépêchaient en espérant réussir plus vite. La stratégie est rarement payante, car dans ce cas ils ont rarement conscience de la manière dont ils s'y prennent.

Par ailleurs, une procédure qui vous a mené à l'échec 10 fois a de grandes chances de vous y mener à nouveau à la 11ème. C'est évident... mais parfois on ne peut pas s'empêcher de réessayer quand même !

 

A FAIRE 

Sachez faire une pause de quelques secondes. Tant qu'à faire de vous être interrompu, autant choisir une bonne manière de redémarrer.

Commencez par vérifier que vous n'êtes pas tendu, faites quelques mouvements pour vous assouplir, respirez calmement.

 

Ensuite, s'il s'agit d'un exercice ou d'une chanson vus en cours, remettez-vous en tête la consigne donnée, et vérifiez que vous l'appliquez correctement.

Par exemple, si vous êtes censés appliquer un son temporaire, mais que vous vous concentrez uniquement sur la note la plus difficile, il est probable que vous perdez le son temporaire en cours de route, que votre geste vocal devient moins efficace, et que vous ne réussissez donc pas à atteindre cette note.

Si vous expérimentez seul quelque chose qui n'a pas encore été travaillé en cours, et que votre approche ne fonctionne pas au bout de quelques tentatives, tentez une autre approche, en faisant le lien avec les outils qui fonctionnent pour votre voix (tendance vocale, son temporaire, analyse de voyelle, etc) afin d'avoir une stratégie claire et donc un résultat répétable.

 

Parfois le fait de faire tout l'inverse de ce que l'on croyait pertinent donne de bons résultats ! Notez aussi que si vous êtes malade, ou si votre voix a changé pour diverses raisons (puberté, grossesse, ménopause / andropause, traitement ayant une influence sur la voix, fatigue importante, manque de pratique sur une période donnée...), elle peut être plus fragile, réagir moins vite ou moins bien, et demander un ajustement de votre stratégie.

En bref : expérimentez, ne restez pas enfermé dans un mode de pratique unique, mais analysez à chaque fois ce que vous faites afin de pouvoir le répéter quand cela fonctionne.

L'idéal est de vous enregistrer pour pouvoir réécouter avec du recul (on croit souvent faire le son d'une certaine manière, et on découvre avec étonnement sur l'enregistrement que ce n'est pas le cas). 

Si malgré votre application ou vos différents essais cela ne marche toujours pas, sollicitez votre professeur à votre prochain cours ; apportez votre enregistrement afin qu'il vous explique ce qui ne fonctionne pas.

 

 

4) NE PAS : déclarer dès les premiers échecs que cet exercice ou cette chanson n'est pas fait(e) pour vous.

 

 

POURQUOI ?

Vous renforcez votre croyance sur le fait que vous ne pouvez pas y arriver, et vous dissociez votre réussite de votre travail : en gros, vous prenez comme excuse le fait que l'exercice est trop dur dans l'absolu, au lieu de considérer que vous n'avez probablement pas fourni le travail suffisant pour y arriver !

 

A FAIRE

Le plus souvent, un chanteur qui baisse les bras dès les premières difficultés est un chanteur qui veut aller trop vite... et donc un chanteur qui n'ira pas très loin. Il faut s'y faire : dans tous les apprentissages, la maîtrise naît d'une succession de petits progrès lents.

Si l'exercice / la chanson a été travaillé en cours avec le professeur, celui-ci a du vous donner les indications sur les objectifs et les parties à travailler, donc vérifiez que vous respectez bien la progression qu'il vous a donnée, et que vous ne cherchez pas à aller trop vite. Encore une fois, l'enregistrement est un outil précieux.

Comme pour le point précédent, si vous testez de vous-même un exercice ou une chanson qui n'a pas encore été travaillé en cours, prenez le temps d'analyser la situation, et essayez d'aborder de différentes manières la partie qui pose problème, en reprenant les méthodes efficaces pour votre voix ; si vous ne pouvez pas résoudre le problème, posez la question à votre professeur au cours suivant. 

 

 

EN CONCLUSION :

 

Tous ces réflexes soulignent en général un conflit intérieur vis à vis de l'erreur ; autrement dit, ce n'est pas la voix qui bloque, c'est le mental.  

Vous l'ai-je déjà dit ? Les erreurs sont indispensables à l'apprentissage. On le comprend intellectuellement, mais selon les tempéraments, il faut parfois beaucoup de temps pour véritablement l'accepter.

Apprenez à mettre de côté votre ego et votre perfectionnisme, et oubliez les éventuelles remarques pénibles qu'on a pu vous faire par le passé quand vous vous trompiez. Vous travaillez votre voix pour découvrir de nouveaux horizons, pas pour vous fouetter à chaque note un peu de travers.

Les erreurs sont une source d'information précieuse, alors prenez-les avec bonne humeur, analysez-les méthodiquement, et vous allez progresser !

 

Vous voulez connaître la différence entre un maître et un débutant ?

Le maître a échoué bien plus de fois que le débutant n'a même essayé. 

 

 


 

Newsletter octobre 2018

 

A LA DÉCOUVERTE D'UNE CHANSON :

MA COVER DE "I PUT A SPELL ON YOU" AVEC PASCAL SEGALA 

 

Ce mois-ci sur le blog, c'est moi qui chante une cover pour la chaine Youtube du studio !

J'aime beaucoup le blues, aussi j'ai choisi une version d'une chanson bien connue écrite dans les années 50, 'I put a spell on you". Pour rendre l'exercice encore plus fun, j'ai demandé à Pascal Ségala de m'accompagner.

Pascal est guitariste émérite et professeur de guitare à Bayonne. J'ai eu le très grand plaisir de jouer avec lui pendant plusieurs années (et de partager de nombreux fous rires... Pascal quand tu liras ces lignes, tu sauras à quel morceau en particulier je fais allusion !). 

Au delà de ses qualités humaines, j'ai eu tout le loisir d'apprécier son sens artistique et sa souplesse musicale lors de notre travail ; la justesse de son jeu ne pouvait que faire mouche sur le morceau que j'avais choisi !

Pascal est également auteur d'un livre de référence sur Pat Metheny aux éditions Le Layeur ("Pat Metheny, artiste multiplunique"), que je ne peux que vous conseiller de lire.

 

L'ORIGINE DE LA CHANSON 

 

"I put a spell on you" est une chanson écrite par Jalacy Hawkins, communément appelé Screamin' Jay Hawkins. Elle a été enregistrée une première fois fin 1955 et était chantée comme une ballade, bien que le chanteur soit déjà connu pour sa forte personnalité à l'époque.

La légende veut que, lors du nouvel enregistrement en studio en 1956, le producteur ait incité tout le monde à boire plus que de raison, et que Hawkins, sous l'influence de l'alcool, ait au final enregistré cette version qui allait marquer les esprits : une interprétation pleine de magie noire, hantée par la folie, et qui lui a valu d'être censurée des radios de l'époque parce-que trop radicale dans le fond et la forme... avant de devenir une référence grâce à l'immense succès des ventes de disques. 

S.J. Hawkins a par la suite effectué d'autres enregistrements de sa chanson, dans l'esprit de la version de 1956.

 

Screamin Jay Hawkins

S.J. Hawkins avait créé un personnage haut en couleur et inspiré du vaudou pour la scène,

mais s'est senti plus tard emprisonné par son image de "screamer" caricaturale.

(Crédit photo : Jean-Luc Ourlin / CC BY-SA)

 

L'HISTOIRE RACONTÉE PAR LA CHANSON

 

Le texte nous parle d'un couple en dissolution ; le chanteur refuse de voir l'autre s'éloigner et fréquenter d'autres personnes.

Si on sent la tristesse qui l'habite, il ne cache pas non plus sa colère et sa jalousie : il n'hésite pas à user de menaces, et précise qu'il a jeté un sort à sa partenaire, car, dit-il, "tu m'appartiens"...

On comprend mieux pourquoi la version de SJ Hawkins a pu fonctionner malgré son côté extrême pour l'époque : elle colle très bien au texte et donne un tempérament effrayant à ce personnage ambigu. Si sa version peut sembler moins extrême musicalement de nos jours, elle n'en reste pas moins intense et saisissante.

 

NINA SIMONE OU MARYLIN MANSON ?

 

La chanson a été popularisée par la suite par de très nombreux chanteurs comme Nina Simone, Joe Cocker, Annie Lennox... et même Marilyn Manson ! 

Ma cover est basée sur la reprise de Jeff Beck et Joss Stone, que j'ai choisie pour son côté bluesy très viscéral dans l'esprit de SJ Hawkins, et pour sa valorisation de la guitare.

Pascal et moi vous souhaitons une bonne écoute !

 

 

Cliquez sur l'image pour écouter la chanson :

 

 

***

 

LES MICRORÉSIDUS DE PLASTIQUE,

OU POURQUOI VENIR EN COURS DE CHANT AVEC UNE BOUTEILLE EN VERRE OU EN METAL

 


Ayant une sensibilité particulière pour les milieux aquatiques, la pollution par les plastiques est un sujet qui m’interpelle depuis longtemps.

 

 

Il y a 6 mois je vous parlais sur facebook de l’idée remarquable d’une entreprise qui faisait du plastique recyclable une monnaie d’échange. Le problème est que, au delà des gros sacs plastiques qui étouffent les oiseaux et les tortues de mer, les scientifiques se penchent sur un nouveau problème de taille : les microplastiques, résidus liés à la dégradation des objets en plastique. 

Hélas sans surprise, on sait maintenant qu’il sont présents dans l’organisme humain, comme le montre cet article du National Geographic.
Quelles en sont les conséquences sur la santé ? Cela reste pour le moment un mystère, même si les scientifiques redoutent déjà un lien avec certaines maladies inflammatoires. 

 

C’est à chacun de nous de faire de petits gestes au quotidien pour limiter notre consommation de plastique, ou a minima, de favoriser son recyclage. Concernant les chanteurs, je ne peux que vous inviter à abandonner vos pailles en plastique au profit de celles en métal, et vos bouteilles en plastique pour celles en métal ou en verre ; je vous remets l’article dans lequel je vous donnais des références de mon propre matériel : http://www.excellvoice.fr/blog-ch…/105-newsletter-avril-2018

 


 

Newsletter Mai 2019

 

POURQUOI IL N'EXISTE AUCUN TRUC MIRACLE

POUR TRANSFORMER VOTRE VOIX,

ET POURQUOI C'EST UNE BONNE NOUVELLE

 

 

En tant que chanteur, un de nos objectifs est de progresser - je connais aussi de bons moyens si vous souhaitez régresser et vous détruire la voix mais c'est un autre sujet - bref, on a envie de progresser, et en général, on aimerait bien que ces progrès arrivent le plus vite possible.

 

 

- "Doc, si je retourne dans le passé en sachant ce que je sais aujourd'hui, deviendrai-je un meilleur chanteur plus vite ?"

- "Voilà une question pertinente Marty !"

(Cosplay de Retour vers le Futur - Crédit photo : CC Eliedion)

 

 

Fatalement, un jour où l'autre, on cherche tous un truc miracle, un tuyau méconnu, qui permettrait de résoudre rapidement les principaux problèmes que l'on rencontre dans notre pratique vocale.

 

On cherche sur internet, on demande à nos amis chanteurs, on demande à notre prof de chant si, tout de même, il n'existerait pas un truc génial qui pourrait accélérer le processus ou débloquer un aspect de manière radicale et rapide...

 

magie chant

Une petite formule magique et c'est réglé !

 

Il arrive parfois qu'on ait l'impression d'avoir trouvé le truc magique : quand un outil bien employé en cours de chant débloque un problème (du coup on essaie de l'appliquer à toutes les sauces), quand un ami nous dit qu'il a un truc (on se dit que ça va marcher pour nous aussi), quand on tombe sur une vidéo sur internet qui nous promet LA solution pour résoudre nos problèmes ("gagnez 12 octaves et 50 décibels avec ce simple exercice !").

 

Dans la majorité des cas, cet emballement fait rapidement la place à une déconfiture d'autant plus amère que l'attente était grande : on se rend compte que ce truc ne résout pas tout, parfois même rien du tout, ou qu'il peut créer d'autres difficultés.

 

En fait, un jour, il faut faire face à la réalité : il n'y a aucun truc miracle, aucune solution magique, aucun raccourci ou accélérateur de temps qui peut transformer notre voix du jour au lendemain.

 

Il n'y a qu'une seule option pour faire de gros progrès : travailler bien, régulièrement, et longtemps.

 

Quelle déception ! On aurait tant aimé y croire !

 

 

Ceci dit, si on y réfléchit 2 secondes, il y a déjà une explication logique à cela : chanter, c'est combiner l'artillerie lourde et le travail de dentellière.

 

Chanter consiste à coordonner quelque chose comme 200 muscles ensemble, et plusieurs systèmes organiques (les systèmes phonatoire, respiratoire, postural...).

 

 

Ça ne vous parle pas assez ? Imaginez une marionnette à fils pour laquelle une seule personne devrait gérer 200 fils en même temps pour la faire fonctionner... Cela semble complexe non ?

Alors coordonner 200 muscles de la bonne manière avec juste un "bon tuyau", on peut concevoir que cela devient illusoire.

 

D'autre part, les chanteurs croient souvent, à tort, que quand ils auront atteint un objectif particulier, ils atteindront le Saint Graal : "quand je pourrai chanter aussi fort que...", "quand je serai capable de faire ces notes aiguës...", "quand je serai capable de chanter cette chanson là...".

 

"Je vais trouver le Saint Graal et boire dedans,

et je pourrai chanter aussi bien que Freddie Mercury !"

(Harrison Ford sur le tournage d'Indiana Jones - Crédit photo : CC John Griffiths)

 

Mais il y a un élément qu'ils oublient : chanter mieux va toujours de pair avec mieux percevoir.

 

Autrement dit, si on travaille bien, notre voix progresse, et notre oreille progresse également : on entend plus de petites subtilités que l'on n'avait pas remarquées avant dans ce que font les bons chanteurs : un timbre un peu plus intense, une manière de placer le vibrato, une articulation un peu plus précise, un changement particulier de volume...

 

Et avec la pratique, on se rend compte que simplement obtenir un timbre un peu meilleur sur une note peut être très complexe !

 

On comprend alors que si la voix de ce chanteur sonne si "professionnelle", c'est parce-qu'elle assemble énormément de subtilités que l'on comprend seulement avec le temps.

 

L'objectif qu'on s'était fixé n'était en fait que le début d'un cheminement très élaboré... et donc très long.

 

Frustrant ? Forcément, à un moment ou un autre !

 

Mais je vous invite à réfléchir à un dernier point, qui non seulement explique cette progression lente, mais la rend même indispensable : notre voix, c'est nous-même.

 

Notre voix reflète qui nous sommes : timide, joyeux, râleur, impatient, pondéré, curieux, prétentieux, généreux, il n'est pas un aspect de notre personnalité qui ne finisse par ressortir pendant les cours.

 

Je ne connais aucun chanteur digne de ce nom qui n'ait pas appris à se connaître et à travailler sur son caractère en apprenant le chant :

 

L'impatient devra patienter, le bordélique devra s'organiser, le timide devra oser, le rationnel devra s'ouvrir à l'émotionnel, l'intransigeant devra accepter le doute, etc.

 

 

Donc, pour que notre voix évolue, notre personnalité doit aussi évoluer.

 

Et, pour qu'elles soient harmonieuses, toutes les transformations demandent du temps :

 

Le temps de comprendre qui nous sommes, d'accepter certains aspects de notre personnalité, d'en remettre d'autres en question, de nuancer nos convictions...

 

Et le temps de se rendre compte aussi que l'épanouissement se trouve dans le cheminement, et pas dans la destination : autrement dit, le temps d'apprécier le fait d'évoluer chacun à sa vitesse, d'apprécier les petits progrès quotidiens, de trouver du plaisir dans ce que l'on sait déjà faire, etc.

 

Au final, quand on y réfléchit, les choses sont bien faites : notre voix évolue certes avec l'amélioration de notre coordination musculaire, mais aussi avec les nécessités de notre vie intérieure.

 

Alors, plutôt que de ressasser votre frustration sur la lenteur de vos progrès, apprenez à apprécier le voyage, découvrir qui vous êtes, et grandir dans cet apprentissage !

 

 


 

Newsletter Juillet 2018

 

ATELIER - CONCERT de fin d'année scolaire

 

C’était samedi dernier, et des élèves sont montés sur scène pour la fin de l’année scolaire, une bien jolie manière de fêter l’été en couleurs !

Bravo à tous les chanteurs et chanteuses qui ont assuré le spectacle dans la bonne humeur : Laure, Marie-Elisabeth, Marjolaine, Marie, Wilfried, Lucas, Marie-Hélène, Alexis, Agnès et Angélique.

Un très grand merci au Studio Carat, au restaurant le Fellini, et aux musiciens qui ont accompagné les élèves avec beaucoup de bienveillance et de professionnalisme !

 

 

FERMETURE ESTIVALE

 

Le Studio Excell Voice fermera ses portes pour un mois entre le 20 août et le 16 septembre.

Nous vous souhaitons un bel été et de bonnes vacances !